Le RPM au bord de l’implosion : Au moins deux députés claquent la porte, plusieurs autres démissions attendues

Ça ne va pas au sein du parti au pouvoir, le Rassemblement pour le Mali (RPM). Des frustrations nées du choix des candidats du parti pour les prochaines législatives ont fini par éclater au grand jour. Pour preuve, au moins, deux députés ont claqué la porte du parti pour non respect des textes. Il s’agit du député de Kolokani, Ousmane Kouyaté et l’honorable Haïdara Aïssata Haïdara, députée élue à Kéniéba (Kayes). Ces deux députés nous ont tous confirmé leur démission hier mardi 25 septembre 2018 dans l’après midi. « J’ai décidé de démissionner du RPM, la notification de la démission a été envoyée le 22 septembre 2018 au secrétaire général du parti. Ma décision de quitter le RPM est irréversible. Je ne reviendrai pour rien au monde au RPM », a déclaré l’honorable Ousmane Kouyaté. L’honorable Haïdara Aïssata Haïdara dit également avoir démissionné du parti il y a de cela une semaine. «J’ai démissionné parce que les procédures ne sont pas respectées, les textes du parti ne sont pas respectés », a-t-elle dit. Selon nos sources, plusieurs autres députés du RPM sont sur le point de démissionner dont le député de Keniéba, Boubacar Sisssoko.

Hier, dans l’après midi, deux députés du RPM nous ont expliqué les raisons de leur démission du parti au pouvoir. Selon les honorables Ousmane Kouyaté et Haïdara Aïssata Haïdara qui ont bien voulu nous accordé un entretien, leur démission est due au non respect des textes du parti. « Depuis le 7 septembre 2018, date à laquelle le choix des candidats pour les législatives a eu lieu à Kolokani, au cours d’une conférence de section à laquelle je n’ai pas participé. J’ai réuni mon staff pour discuter de la question et suite à cet échange, j’ai décidé de démissionner du RPM. La notification de la démission a été envoyée le 22 septembre 2018 au secrétaire général du parti. Mais verbalement, j’ai démissionné depuis le 8 septembre 2018 », a précisé l’élu de Kolokani, Ousmane Kouyaté. Avant d’ajouter que les raisons de sa démission sont dues au non respect des textes du parti. « Je suis un membre fondateur du RPM, depuis juin 2001, je préside la jeunesse RPM de Kolokani, j’ai fais tous les combats du RPM. Nous avons toujours respectés les textes du parti mais depuis l’avènement d’un secrétaire général qui est là actuellement, Djori Traoré, rien ne va dans la section de Kolokani. Depuis bientôt deux ou trois ans, les députés sont à couteaux tirés surtout ceux de la ville de Kolokani, tout se passe comme si le parti n’est pas bâti sur quelque chose », a-t-il dit. Selon lui,  la réunion des secrétaires généraux des sous sections n’est pas une instance du parti mais, à ses dires, c’est ce qui a remplacé les réunions ordinaires de la section, des sous sections. « Tout se passe autour de ce secrétaire général qui est devenu une mafia et qui a pris le parti en otage et qui s’est mis au service d’un de nos députés. C’est pourquoi, depuis toujours, nous avons dénoncé mais malheureusement nous n’avons pas été entendus. Ils ont fait la conférence de section sans élection, sans grand débat et ceux qui ont été pour superviser également ont eu le courage de reconnaitre qu’une conférence de ce genre a été bien tenue en violation de toutes les textes », a martelé l’honorable Kouyaté.

Plusieurs députés sur la ligne de départ du parti

A l’en croire, il ne peut pas continuer avec des gens qui n’ont aucun respect pour les textes. « J’ai décidé de démissionner du RPM avec tous ceux qui me soutiennent. Depuis ma démission, je suis sollicité par beaucoup de grand parti (Asma-CFP, URD, Adp-Maliba, Codem) mais pour le moment, je n’ai pas encore adhéré à un parti. Ma décision de quitter le RPM est irréversible. Je ne reviendrai pour rien au monde au RPM », a souligné l’honorable Ousmane Kouyaté. Il a signalé qu’il est candidat aux prochaines législatives prévues au mois de novembre et de décembre 2018. A Kolokani, dit-il, les vertus du parti ne sont plus respectées. A ses dires, le parti a été mis à la disposition d’un homme qui fait ce qu’il veut. «Nous pensons que cela ne peut pas continuer, Kolokani ne peut pas avoir des députés qui pendant cinq ans n’ont jamais pris la parole à l’Assemblée nationale. Ce sont ces mêmes députés qu’ils veulent nous imposés comme candidat du parti aux prochaines législatives. Nous pensons que Kolokani a besoin des députés qui ont, au moins, le courage de parler à l’hémicycle. Et je crois que Kolokani sera une piste et ceux-ci vont partir, ce n’est pas parce qu’on est un parti au pouvoir qu’on gagne les élections. Ce n’est pas une nomination, c’est une élection. Et nous sommes sûrs de notre pouvoir électoral », a conclu le député Ousmane Kouyaté. Il n’est pas le seul député à quitter le navire RPM. L’honorable Haïdara Aïssata Haïdara de Kéniéba a aussi démissionné du parti il y a de cela une semaine. « J’ai adhérée volontairement et personne ne m’a donné un franc pour démissionner. J’ai démissionné parce que les procédures ne sont pas respectées, les textes du parti ne sont pas respectés », a précisé l’honorable Haïdara. Selon nos sources, plusieurs autres députés du RPM sont sur le point de démissionner dont le député de Keniéba, Boubacar Sisssoko. Outre ces différentes démissions, plusieurs autres députés du Rpm ont démissionné du parti au cours de ces derniers temps. On peut citer Bafotigui Diallo élu en commune VI du district de Bamako, Niamé Keïta élu à Nara, Mamadou Doumbia, élu en commune II du district de Bamako, Kalilou Ouattara, élu en commune III du district de Bamako, Bakary Diarra, élu à Sikasso et Soiba Coulibaly, élu à Kati.

Aguibou Sogodogo

SourceLerepublicainmali

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *