Michel Hamala Sidibé au congrès des chirurgiens : «L’amélioration des soins chirurgicaux contribue à sauver la vie et à assurer un bien-être»

Le 9ème congrès de la société de chirurgie du Mali (SOCHIMA) s’est ouvert mardi 25 juin au Centre international de conférence de Bamako. L’objectif de ce congrès de trois jours est de contribuer au développement professionnel continu en vue d’offrir des soins de qualité aux populations, leur permettant de s’atteler aux tâches de développement du Mali. Les thèmes retenus pour ce congrès sont : les urgences, les cancers et les complications postopératoires.

 

La cérémonie d’ouverture était présidée par le ministre de la Santé et des Affaires sociales, Michel Hamala Sidibé, en présence du président de la société de chirurgie du Mali (SOCHIMA), Zimogo Zié Sanogo. La Société de chirurgie du Mali (SOCHIMA) est une société savante regroupant l’ensemble des spécialités chirurgicales et l’anesthésie-réanimation du Mali. Il s’agit de la chirurgie générale, la neurochirurgie, l’ophtalmologie, l’otorhinolaryngologie, l’odontostomatologie, la stomatologie et la chirurgie maxillo-faciale ; la chirurgie thoracique, la chirurgie cardiovasculaire, la chirurgie viscérale, l’urologie, la gynécologie-obstétrique, la chirurgie orthopédique et traumatologique, la chirurgie pédiatrique, la chirurgie plastique et l’anesthésie-réanimation.

Elle a pour mission la tenue de forums d’échanges et de partage d’expérience entre les différents spécialistes du Mali et d’ailleurs à travers la formation continue. Ce congrès auquel participent, du 25 au 27 juin 2019, plus de 600 personnes  venant du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, du Gabon, de la Guinée, du Niger, du Sénégal, du Togo, de la Tunisie, du Mali et tous les experts en spécialités chirurgicales, est un forum d’expression, d’échanges, de renforcement et d’actualisation des connaissances pour les spécialistes de l’intérieur du pays.

Pendant trois jours, 26 conférences et plus de 300 communications porteront sur trois thèmes principaux que sont les urgences chirurgicales représentant 60 à 82% de toutes les urgences ; les cancers qui constituent la deuxième cause de mortalité mondiale ; les complications postopératoires, qui entraînent l’aggravation de la situation antérieure par leur morbidité et même leur mortalité. Au Mali, ce taux serait autour de 26%.

Selon le président de la société de chirurgie du Mali, Pr. Zimogo Zié Sanogo, ces thèmes constituent des préoccupations partagées dans le domaine de la chirurgie dans notre pays. Il a appelé les chirurgiens du Mali à la poursuite des efforts en vue de l’atteinte des objectifs de la politique nationale de vision des soins de qualité et de formation continue. Pr Zimogo Zié Sanogo a remercié le gouvernement à travers le département la Santé et des Affaires Sociales pour son  accompagnement.

Aux dires du ministre de la Santé et des Affaires sociales, Michel Hamala Sidibé, ce congrès cadre bien avec les objectifs stratégiques de son département qui mettent un accent particulier sur la promotion du capital humain conformément à la volonté du président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta. «La formation devient donc le levier indispensable d’une meilleure offre de soins et cela associé à la mise à disposition d’un plateau technique adéquat», a-t-il déclaré.

Le ministre Sidibé a également insisté sur l’importance de la chirurgie dans les soins de santé. «Parmi les soins de santé, la chirurgie occupe une place de choix. L’organisation mondiale de la santé (OMS), à sa 35ème session, a considéré la chirurgie comme une composante essentielle de la couverture sanitaire universelle. L’amélioration des soins chirurgicaux contribue à sauver la vie et à assurer un bien-être», a-t-il ajouté. Michel Hamala Sidibé a rassuré la SOCHIMA de l’accompagnement du ministère de la Santé et des Affaires sociales.

Rappelons que tous les ans, 234 millions d’interventions chirurgicales sont réalisées dans le monde.

Abdrahamane Diamouténé

SourceLe Débat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *