Plateau d’Impact Hub Bamako : Le DG de Spirit, Sidi Dagnoko convainc sur son parcours!

Dans le but d’encourager la jeunesse à embrasser davantage entreprenariat , Impact Hub Bamako dont le promoteur est Mohamed Keïta, organise chaque mois un cadre de partage d’expérience en invitant d’autres jeunes qui ont réussi dans le domaine de entreprenariat . C’est dans ce cadre, que le directeur de SpiritMcCANN ERICKSON, Sidi Dagnoko a bien voulu répondre à l’invitation le vendredi, dans l’après-midi.

 

L’Impact Hub Bamako’’ sis à l’ACI-2000 est la première implantation du réseau Impact Hub global en Afrique francophone. Sa mission est d’aborder la question urgente du chômage des jeunes maliens, en les accompagnant à créer et développer leur propre entreprise. Cependant, il offre des programmes d’incubation et d’accélération pour start-ups et PMES (Petites et Moyennes Entreprises), en organisant des évènements et préparant des opportunités comme des concours, hackathon, etc.

C’est dans cette logique, qu’Impact Hub Bamako a initié CEOTALKS, (discours du DG) qui avait comme invité le vendredi dernier, Sidi Dagnoko, directeur de SpiritMcCANN ERICKSONCommunication, un jeune doté d’un parcours élogieux.

Sidi Dagnoko, le droit de rêver et de réaliser son rêve !

Juriste de formation, option droit des affaires, M Dagnoko a su se frayer aujourd’hui son chemin pour devenir un entrepreneur réputé et connu de tous. Cependant, cette réputation ne lui a pas été servie sur un plateau d’or.  En effet, l’actuel DG de Spirit est un rêveur au début, qui a compris que pour réussir dans la vie, l’homme doit se doter d’un état d’esprit de bosseur pour réaliser ses rêves. C’est pourquoi, il ne s’est pas contenté de sa seule Maîtrise en Droit des Affaires, décroché avec brio à la Faculté des Sciences Economiques et de Droit de l’Université de Bamako. Il est détenteur aujourd’hui d’un diplôme de MBA Markéting et Commerce International obtenu en 2005 ainsi que d’un autre de Maîtrise en Communication décroché en 2003.

Au chapitre de son expérience professionnelle, M.Dagnoko  a occupé entre autres, le poste de  manager Général de l’Agence Spirit McCANN ERICKSON ( une Agence Conseil en Communication et Marketing affiliée au Groupe McCANN World WIDE) , le poste de DG de la CMDB S.A. (Compagnie de Production de Blé)  ainsi que  celui de  gérant de la Société Malienne d’Investissement.

Au cours des échanges avec les jeunes, Sidi aconfié avoir entamé sa carrière d’entrepreneur à partir de 500.000Fcfa investis à une alimentation, comme pour dire qu’on n’a pas besoin de grosse somme d’argent pour entreprendre.

Parlant de la gestion de son entreprise, il dira qu’il dispose toujours des entités compétentes dédiées pour s’occuper des problématiques de chaque cas dans son domaine d’intervention.

Selon lui, ce n’est pas au promoteur de tout faire dans son entreprise.

« Parfois, je me trouve dans le management direct ou opérationnel » a-t-il déclaré, tout en soulignant qu’il fait aussi confiance à des personnes dans son entreprise pour manager.  Toute chose, qui à ses dires lui donne la latitude de définir son statut en fonction du projet ou de l’activité.

Ficeler son projet comme l’araignée sa toile !

Dans son intervention, le DG Dagnoko n’a pas passé sous silence sa collaboration avec des partenaires et associés dont son intérêt est soigneusement préservé.

« La confiance, la délégation et puis choisir son positionnement, voilà comment j’arrive à concilier mes activités » a-t-il confié.

Entrepreneur éveillé et expérimenté dont il est, le directeur de Spirit dira que la qualité d’un bon manager est le bon sens. Car, dit-il, il ne suffit pas d’avoir un projet focalisé sur ce qu’on veut faire, mais il faut sérieusement et minutieusement préparer son projet.

« Le porteur de projet doit être capable d’identifier les besoins, sortir un plan d’exploitation provisionnelle à travers une meilleure structuration de son plan d’actions, faire une levée de financement et trouver les ressources humaines qu’il faut pour réaliser le projet » a-t-il précisé. Et d’ajouter : « Il n’y a pas de génération spontanée en matière d’entreprise, c’est une construction dans la durée et de façon progressive »

L’arbre ne doit pas cacher la forêt. Cependant, pour atteindre son étape actuelle, M. Dagnoko dit avoir passé par plusieurs difficultés. A titre d’exemple, il a souligné d’un grand trait ses difficultés éprouvées suite à la crise de 2012.

Avant d’aborder le chapitre des conseils, le directeur de Spirit Communication a tenu à signaler que le risque financier est inhérent dans l’aventure entrepreneuriale. Dans ce sens, il a précisé, qu’il est possible d’investir dans une affaire et se rendre compte après que sa stratégie n’était pas bonne.

En guise de conseils, il a invité les jeunes qui veulent entreprendre, au sens du réalisme. En plus, il a mis un accent particulier sur la bonne collaboration avec son personnel ainsi que les structures partenaires.

C’est donc sous une forte ovation, que le patron de Spirit a clôturé son intervention.

A noter que pour contribuer à la pérennisation de cette initiative, car l’ayant trouvé intéressante, le Dg  Dagnoko, à la fin  a offert le montant d’un million de FCFA à ‘’Impact Hub Bamako’’.

En acceptant de répondre à cette invitation, le DG de Spirit Mac CANN ERIKSON a apporté son savoir et son appui.

 

Par Mariam SISSOKO  

SourceLE SURSAUT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *